Pour ou contre le retour au travail

Ça y est l’inévitable moment est arrivé. Lundi est officiellement le temps du retour au travail. Peut-être que certains parmi vous y êtes déjà depuis quelques jours. Peut-être même n’avez-vous pas eu  le privilège de vous arrêter pendant ce que nous appelons le congé des Fêtes. Pour une bonne partie de la population, par contre, le retour à la routine se fait véritablement lundi.

Pourtant, une question demeure : devrions-nous nous réjouir de ce retour au travail ou devons-nous passer notre dernière journée de vacances enroulés dans une couverture en position fœtale en attendant que le réveil sonne ce moment tant redouté?

 

Contre le retour au travail

Se coucher tard

sterntaler-1635654_1280

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi les vacances des Fêtes est un synonyme d’un horaire de sommeil qui m’est plus naturel. Me coucher le soir est souvent pour moi une corvée. Pas que je n’aime pas dormir – oh mon Dieu, dormir est pour moi la deuxième chose la plus agréable au monde après le gâteau au fromage de ma mère – mais j’ai toujours dix-mille choses à voir et à lire le soir : des vidéos YouTube, un blogue intéressant, mon fil Facebook, mon fil Instagram. Je n’ai pas envie de dormir, bon!

S’habiller en mou

stockings-1816094_1280

Pour moi, travailler signifie aussi de m’habiller relativement de façon professionnelle ce qui exige que je sois à mon meilleur dans des jeans parfois trop serrés et des hauts dans lesquels j’ai tout le temps froid. Qu’y a-t-il de plus agréable, pendant les vacances, que de porter des pyjamas jusqu’à midi pour se changer dans un autre pyjama qui fait un peu plus propre ? On est confortable et on peut songer à d’autre chose le matin que de se trouver quelque chose à mettre.

Faire la grâce matinée

sleeping-690429_1280

Je crois que vous pouvez commencer à voir un thème sur ce que j’aime faire pendant mes vacances. J’ai de la chance, je reste avec un homme qui, une fois réveillé, n’arrive pas à se rendormir. Alors qui se lève à 5h52 du matin alors quand la petite commence à pleurer? Qui peut rester couchée confortablement sous la couette pour dormir les heures restantes avant qu’une petite princesse vienne essayer de lui mettre un crayon dans le nez? MOI!

Regarder en rafale des séries

woman-391555_640

Que ce soit pour voir, enfin,  la nouvelle série dont tout le monde parle, pour se rappeler des souvenirs avec les nouveaux épisodes de Gilmore Girls, pour regarder les épisodes qu’on a manqués de The Big Bang Theory ou même pour revoir en totalité une série devenue culte comme Radio Enfer – ce à quoi j’ai consacré les derniers jours de mes vacances – c’est le temps de relaxer devant notre télé et d’attendre que le temps passe… même si ça signifie de regarder en boucle les trois seuls épisodes de Passe-Partout qui se trouvent sur YouTube.

Passer du temps en famille

family-1058268_640

Par-dessus tout, le temps des Fêtes nous a permis de passer du temps précieux avec notre progéniture : glisser en arrière de la maison, jouer au petit train, bricoler, patiner, skier, faire de la planche à neige, lire des histoires, cuisiner. Ces petits moments de bonheur avec nos enfants arrivent trop peu souvent et passent trop rapidement. Il faut en profiter quand ils passent.

 

 

Pour le retour au travail

Retour à un horaire de sommeil normal

sleeping-1311784_640

Même si je préfère mon horaire « naturel » de sommeil, avec les enfants, il est plus facile de vivre en gardant leur routine la plus normale possible. Pendant les fêtes, on veille, on se couche tard, on n’est pas toujours dans le même lit qu’à l’habituel, on dort mal, on mange trop, pas assez, on est fatigué. Les pauvres enfants finissent par ne plus savoir où mettre la tête. Ils se réveillent donc en plein milieu de la nuit et ne réussissent plus à dormir et sont ensuite si fatigués que les journées suivantes deviennent un calvaire tant pour eux que pour leurs parents. Bref, vivement le retour à la bonne routine de sommeil et au Saint-Dodo de l’après-midi.

Stabilité pour les enfants

Tous les experts s’entendent là-dessus, la routine est très sécurisante pour les enfants. Les petits aiment savoir ce qui s’en vient dans leur vie. Autant le temps des Fêtes est extraordinaire pour les enfants qui sont émerveillés par tant d’enchantement, autant c’est difficile pour eux de ne pas savoir où ils vont dormir le soir, quand ils vont manger, quand ils pourront jouer avec leur jouet et même qui s’occupera d’eux. Il y en a même qui demande à Noël quand ils pourront retourner chez leur gardienne. Le retour à la normale permet aux enfants de retrouver cette sécurité qu’ils ont dans leur quotidien.

kindergarten-1322559_640

La fin du problème de la gardienne

Ce n’est pas tout le monde qui a la chance d’avoir deux semaines de vacances durant les Fêtes. Pour beaucoup, ce moment de l’année est un énorme casse-tête étant donné la fermeture de certaines garderies. Il faut donc appeler grand-maman, mon oncle, ma tante, une cousine, une petite adolescente qui ne reste pas loin, le livreur d’Amazon, n’importe qui pour garder les petits pendant qu’on doit gagner notre pain. J’aimerais d’ailleurs remercier avec ardeur mes parents qui ont fait plus de 100 kilomètres pour s’occuper de notre trésor vendredi dernier.

Reprendre le boulot

workplace-1245776_640

Le retour à la normale veut aussi dire la reprise du travail. Plusieurs vont me demander : mais pourquoi places-tu la reprise du boulot dans la catégorie pour? Autant j’aime le fait de végéter deux semaines sur mon sofa, autant je fais un travail que j’apprécie et il vient un temps où j’ai hâte de le reprendre. J’ai hâte de revoir mes élèves, qu’ils me racontent ce qu’ils ont vécu pendant les vacances et de revivre des projets stimulants avec eux. J’aime me sentir utile à la société et m’accomplir dans une carrière professionnelle. Aussi, j’ai la chance d’avoir des collègues super-méga-géniales que j’aie hâte de revoir.

Reprendre les bonnes habitudes de vie

salad-791891_640

Les excès du temps des Fêtes signifient aussi de manger trop, manger mal, végéter, boire trop dépenser trop. Avec le retour à la normale, qu’on le veuille ou non, on finit par devoir reprendre nos bonnes habitudes. Il faut bien manger le matin pour être productifs durant la journée. On prévoit des repas plus santé dans notre plan de repas et avec la fin des festivités, vient la fin des festins. On redeviendra plus actifs dans notre quotidien et, même si on a moins le temps de faire du sport, les périodes qui y seront consacrées seront des plus précieuses.

 

Qu’on le veuille ou non, le retour à la normale est inévitable. Il faudra payer nos factures – peut-être salées – de janvier et reprendre une routine qui, même si elle est parfois beige et monotone, forme la majorité de notre vie. Nous repenserons avec nostalgie à nos partys de Noël et espérerons l’arrivée rapide de la semaine de relâche. Personnellement, étant une personne profondément positive, je vois le retour au boulot comme une bénédiction, comme la chance de reprendre une vie que j’aie choisie de vivre et, peut-être, d’y ajouter un brin de magie dans son quotidien.

Et vous? Qu’en pensez-vous?

 

Publicités

2016 est morte! Vive 2017!

L’année est terminée, une nouvelle année commence. C’est le cycle de la vie, le temps qui passe et plein d’autres clichés de même. J’en aurais long à dire sur 2016 : l’année de tous les ajustements. En regardant mon fil Facebook, je me rends rapidement compte que je ne suis pas la seule qui voit le début de 2017 comme l’occasion de tout recommencer à neuf et d’oublier l’hécatombe qu’a été 2016. C’est le temps de tirer des leçons de vie, de porter un regard profond sur ce que nous sommes et ce que nous faisons.

Ce que j’ai appris en 2016? J’ai appris à quel point ma mère a toujours été une superwoman! Un travail à temps plein, une famille unie, une maison toujours propre, des repas toujours équilibrés et faits maison… men, ce que j’aimerais ça être ma mère!

J’ai aussi appris à quel point on se mettait de la pression en tant que parents : être parfaite au travail, ne pas laisser les autres élever nos enfants, être une parfaite maman qui ne perd jamais patience, être toujours bien habillée, bien peignée, bien maquillée, être en forme, pouvoir courir un cinq kilomètres sans problème, manger santé, gérer ses dépenses, être sexy, mais pas trop, gérer son temps, avoir une maison parfaitement propre, cuisiner, s’amener un lunch, boire du thé, faire du yoga, faire du zumba, être bénévole, aller au cours de natation, se lever tôt, connaître par cœur les stades de développement de son enfant, avoir des photos de famille à jour, savoir parler anglais, apprendre à tricoter, faire son savon soi-même, boire du jus vert, manger moins de viande, sauver la planète…

J’ai appris à respirer, à prendre un jour à la fois, à choisir mes batailles et mes objectifs. J’ai appris que de m’apitoyer sur mon sort ne faisait qu’empirer la situation. J’ai appris à me mettre en action et d’incarner le changement que je voulais voir dans ma vie (oui, oui, je paraphrase Gandhi).

J’ai appris à quel point j’avais de la chance d’être mariée à un homme aussi extraordinaire que le mien, d’avoir une famille aussi fantastique que la mienne. J’ai appris que le bonheur était aussi fragile que possible.

J’ai appris qu’on ne cesse jamais de grandir, qu’il y a toujours place à l’amélioration, qu’il est possible d’être à la fois ambitieux et bon parent. J’ai appris qu’il est possible de tout avoir à condition de se mettre au travail maintenant.

Je suis prête pour 2017…

Et vous?